Édition #4 | ACCESSOIRES
Sylvain Deleuze

Les Belles Heures

Il était tôt, presque trop tôt pour partager un petit déjeuner avec un étranger. Sur la petite table ronde typique de la terrasse parisienne, à côté du café crème, Sylvain Deleuze dispose les échantillons de tissu de ses foulards, doux comme la soie… ! J’ai eu un coup de coeur immédiat pour ce styliste-entrepreneur en pleine construction d’une nouvelle vie, loin, très loin de celle de la précédente. Sa passion pour la création est presque contagieuse ! 

Marianna, fondatrice de Face to Face Paris

Sylvain Deleuze, créateur de foulards à s’approprier au quotidien d’une manière décomplexée, naturelle et raffinée.

J’ai toujours eu un goût pour la création, les couleurs, l’association des formes et leur pouvoir d’évocation.

L’idée d’avoir ma propre marque aussi, m’a toujours séduit. À mesure de mon évolution professionnelle dans des fonctions assez éloignées de toute dimension créative, l’envie de développer quelque chose de plus personnel devient évidente.

Lors d’un jour d’ennui au bureau, je me mets à dessiner machinalement sur le coin d’un cahier en tentant de suivre la conference call à laquelle je participe. Un motif de galets apparaît. Assez étrangement, je visualise immédiatement un foulard. Il va falloir dès lors que je me rende compte de son potentiel imprimé sur du tissu. Je m’attèle donc à la vectoriser en même temps que je cours les salons et autres fournisseurs pour trouver la matière qui lui ferait honneur. Chacune de ces étapes me confirment deux choses : j’aime l’adrénaline que procure la création et il y a quelque chose à raconter autour de lieux et d’atmosphères imprimés sur du tissu. Je ne le sais pas encore mais la marque est née.

Une « riviera rêvée » à l’esthétique épurée pour les hommes et les femmes de goût 

La nonchalance et le relâchement sont les maîtres-mots de cette proposition de pièces artisanales associant le meilleur des savoir-faire textiles italiens et français. 

J’admire l’élégance naturelle, nonchalante, presque animale que certaines personnes dégagent, que ce soit Gianni Agnelli, Orson Welles ou une inconnue croisée dans la rue.

J’admire les précurseurs, les défricheurs et ceux qui rendent le beau simple et accessible.

J’ai toujours eu des affinités avec l’Italie. J’ai vécu à Rome quelques mois, puis plus longuement à Milan. Je parle couramment la langue et ai développé une sensibilité esthétique particulière la-bas. Ils possèdent une tradition textile séculaire. Il me semblait tout naturel de sourcer une partie de ma fabrication en Italie.

Une fierté de contribuer à faire exister ce savoir-faire en France

Toutes nos pièces sont entièrement  – et exclusivement – finies à la main par des artisans du luxe dans de petits ateliers de la région lyonnaise sans l’aide d’aucune machine.

Je le précise car on fait souvent l’amalgame avec une finition main-machine qui reste moins raffinée que la finition couture que nous proposons

Développer des modèles forts et iconiques 

Notre prochaine collection est prête et sera lancée début 2018.

On travaille 3 formats différents – 40cm, 60cm et 90cm – toujours en carré, sur le même tissu et avec les mêmes finitions. On y décline une palette de 12 teintes unies que nous avons d’abord travaillées à l’aquarelle puis développées avec notre imprimeur. Elles racontent l’atmosphère de 12 îles méditerranéennes à des moments choisis.