Lien Atelier

Marguerite Eyewear Chain

La chaîne de lunettes Marguerite de Lien Atelier est inspirée de Marguerite Duras, écrivain et cinéaste française et de son roman « L’Amant » ayant obtenu le Prix-Goncourt

Matières et fabrication
– Plaqué en or 18 carats
– Perles d’eau douce

Détails
– Longueur de la chaîne de lunettes: 90 cm
– Ultra-léger

Veer off the script with the “Marguerite” curving ever so slightly around your beautiful face. This LIEN eyewear chain is named after Marguerite Duras, the French writer and filmmaker best known for her Prix-Goncourt winning novel “The Lover,” about an affair between a rich older Chinese man and a young girl who famously wore gold lamé shoes and a man’s fedora hat on a ferry crossing. Plated in 18-Carat Gold | Freshwater Pearls | Length of eyewear chain: 90cm | Ultra-light

228,00

2 en stock

Direct-to-Designer : Commande en direct, prix créateur.
Expédition sous 72 heures par le créateur | Frais de port offerts en France. 10/15€ pour l'étranger | Retours sous 14 jours | En savoir plus

Ajouter à ma Wishlist
Ajouter à ma Wishlist
Détails
Jenny Suen et Tina Chu, créatrices de Lien Atelier, des chaînes à lunettes pensées comme des bijoux, un accessoire signature pour un style affirmé

En fouillant parmi les trésors poussiéreux du marché aux puces de Saint-Ouen, Jenny Suen, réalisatrice basée à Hong Kong et co-créatrice de Lien Atelier, tombe par hasard sur un cordon à lunettes vintage, un accessoire discret qui va changer sa vie. Elle commence à le porter tous les jours, partout, tout le temps. Elle aime le style que cet accessoire lui donne et le concept en lui-même. Il devient partie intégrante de son look, son signe distinctif, sa signature. « Wong Kar Wai a ses lunettes, moi j’avais mon cordon à lunettes »

Tina Chu, sa meilleure amie et publicitaire, lui glisse l’idée d’en faire une marque et ensemble elles créent Lien Atelier pour remettre au gout du jour cet accessoire désuet, anciennement tendance dans les années 1950 ! Leurs modèles, loin de ceux traditionnellement portés parles secrétaires ou les bibliothécaires sont à considérer comme des bijoux.