Svetlana K

Combinaison Maksim en jean de coton bio

Confectionnée en Lituanie en toile de jean en coton bio certifié GOTS, la combinaison Maksim est un basique indispensable

Confortable, fonctionnelle et chic, la combinaison Maksim de Svetlana K se porte facilement pour une multitude d’occasions aussi bien tous les jours que pour sortir. Portez-la avec des sandales en été, des baskets pour un côté plus casual ou des bottines à la mi-saison.

100% coton bio certifié GOTS | Fabrication européenne, en Lituanie dans un petit atelier | Coupe assez près du corps | Fermeture à boutons sur le devant | Manches courtes avec revers | Bas à revers | Col « chemise » | Poches plaquées poitrine et au dos | Poche italienne au côté | Ceinture à la taille

Guide des tailles : La combi mesure 136 cm pour la taille 1. Le mannequin mesure 1,75m et porte la taille | Conseils d’entretien : lavage en machine à 30°, repassage à température moyenne.

185,00

Effacer

Direct-to-Designer : Commande en direct. Prix catalogue créateur, hors opérations spéciales.

Ajouter à ma Wishlist
Ajouter à ma Wishlist
Détails
Svetlana K Paris Portrait Mode
Svetlana K, le vestiaire mode d’une russe amoureuse de Paris qui revisite le style de la Parisienne avec son âme purement slave.

La créatrice, Svetlana K., a choisi de mêler ses deux pays pour créer sa marque éponyme au début de l’année 2018. Subtil mélange de l’artisanat russe et du raffinement français, ses pièces constituent un dressing de basiques féminins, chics et décontractés.

Aujourd’hui Parisienne, Svetlana vient de quelque trois mille kilomètres. La styliste a en effet passé son enfance dans la région de Koursk, non loin de Moscou. “Je suis une passionnée du style des Parisiennes ! Depuis toute petite j’ai toujours su que je viendrai dans la capitale française. Ce sont principalement les basiques qui m’inspirent, j’aime les vêtements intemporels et sortir du cycle des tendances. J’essaye aussi de révéler l’artisanat russe, leur savoir-faire ancestral, comme les foulards russes et la dentelle, qui n’est pas encore assez reconnu.”