mzmadeforpetite_chaussure_emzi
Min Carpentier

| CHAUSSURES |

Emzi

« L’histoire de Emzi est surtout une histoire personnelle. Celle de Min qui décide de se reconvertir professionnellement après son premier bébé. Son idée ? Répondre à une difficulté qui lui est propre mais qui parle à un grand nombre de femmes : se chausser correctement en tant qu’adulte en dessous du 36 ! Min épaulée de son mari Philippe décide alors de se lancer dans le création de souliers de haute qualité à un prix juste. Leurs collections sont confectionnées à la main dans des ateliers à taille humaine en Italie et en Espagne. » Marianna, fondatrice de Face to Face

Emzi, des souliers dans l’air du temps et à garder longtemps pour toutes les femmes, même les petites pointures

Se chausser en fonction de son style en dessous du 36 n’est pas une chose aisée. Pourtant, ces femmes aux petits pieds ont les mêmes aspirations de mode, de qualité et de confort que toutes les autres femmes. Ce constat est  le point de départ qui a poussé Min a créer Emzi ; pour proposer des souliers de caractère à partir du 33. Aujourd’hui, ses collections de souliers vont jusqu’au 39 et Min dessine toujours ses souliers pour offrir la liberté à toutes les femmes d’exprimer leur style de la tête aux pieds sans aucune autre contrainte que le coup de coeur !

« La mode doit rester avant tout un plaisir, qu’on consomme avec modération, mais qui fait du bien, qui nous rend heureuse. »

Know what you buy : Souliers de luxe à prix abordable | Pointures du 33 au 39 | Confection en petite série, à la main, par des artisans de Toscane et d’Alicante | Finitions haut de gamme

MZ Made for Petite Chaussure
MZ Made for Petite Chaussure
MZ Made for Petite Chaussure
MZ Made for Petite Chaussure
Si Min n’avait pas chaussé du 34, Emzi n’aurait sûrement jamais existé

Comme souvent, l’expérience est le départ de bien des histoires. Min Zhou a l’habitude d’affirmer son style avec ses chaussures, mais à son arrivée en France en 2010, elle a beaucoup de mal à trouver des souliers qui lui conviennent. Ce manque de choix sur les petites pointures est la première raison qui lui donne envie de créer Emzi. A cette époque, Min est à un poste de contrôle de gestion dans la Mode. Un emploi qui, au fil des années, lui a permis d’accroître ses connaissances dans la mode. Tout va prendre un autre sens lorsqu’en 2015, Min et son mari Philippe Carpentier attendent leur premier enfant. La jeune femme est alors initiée à la peinture par ses beaux-parents. Elle prend goût aux jeux de couleurs et au processus de création.

C’est à son retour de congé maternité, de nouveau à son poste, qu’elle fait face à l’évidence : « J’avais besoin de concret, de créer et de participer à la mode autrement que par des chiffres sur un écran. » Une envie qui s’allie parfaitement à la nouvelle vie du couple, qui souhaite passer du temps avec leur fille. En octobre 2017, après un an de préparation, d’études de marché et de recherches, Min, aidée et accompagnée de son mari, créé Emzi.

MZ Made for Petite Chaussure
Des souliers simples et de caractère inspirés par la vie des femmes et les multiples vie de Min

Min a grandi en Chine, a passé plusieurs années à Londres et habite désormais en France. Ces différents lieux de vie sont autant de sources d’inspiration pour la création de ses modèles. Petite, elle lit des magazines de mode et passe des heures sur des marchés aux puces dans lesquels il y avait énormément d’objets vintages et faits-main.

Son quotidien, ses lieux de vieux, les magasins ou les gens croisés dans la rue sont aux origines des créations de Min. Min est convaincue que les femmes n’ont pas un style, mais plusieurs, qu’il change selon l’humeur, les occasions, ou les besoins. C’est pour cela qu’elle dessine des escarpins autant que des babies, des sandales, des baskets ou encore des bottines.

Ses souliers tressés sont par exemple un hommage à sa vie passée sur la côte d’Azur. Elle réhabilite aussi les Babies en alternative aux ballerines, une manière de proposer le confort des souliers plats mais avec un talon de 5cm. Au départ, elle conçoit son modèle de baskets compensées pour les femmes « petites-pointures  » qui ne sont pas à l’aise avec les chaussures plates. C’est, aujourd’hui, un des bestsellers de la marque disponible jusqu’au 39 !

MZ Made for Petite Chaussure
Des souliers artisanaux, confectionnés à la main, en série limitée dans des ateliers familiaux en Italie et en Espagne

De par son expérience de gestion dans la mode, Min a trop souvent constaté que les stocks étaient trop importants. Les invendus finissent en soldes, ce qui contribue à dévaloriser le savoir-faire des fabricants. Avec Emzi, elle prend le pas inverse : produire en petite quantité et rééditer en cours de saison ou la saison suivante les chaussures à succès. Une manière de redonner de la valeur aux chaussures encore faites à la main

« Il y a deux critères importants quand je cherche un atelier partenaire, le savoir-faire et les personnes qui se cachent derrière ». 

Tous les souliers Emzi sont confectionnés, dans des ateliers familiaux, qui existent depuis au moins 2 générations, travaillant encore à la main dans le respect du savoir-faire traditionnel avec une finition haut de gamme.

Min a choisi chaque atelier pour une expertise, un savoir-faire spécifique : l’assouplissement et le tressage du cuir, le confort de son chaussant, de la souplesse de ses semelles. Les cuirs sont sourcés localement, au plus proche des ateliers de fabrication : cuir toscan pour l’Atelier en Toscane, et cuir espagnol pour l’atelier d’Alicante. Ils sont majoritairement issus de cuir de chèvre, un cuir fibreux et nerveux qui combine souplesse et robustesse, et de la pleine fleur du cuir, la partie la plus souple, la plus délicate. La souplesse étant le premier critère de durabilité et de confort d’un cuir.

« Au maximum, notre atelier italien, qui compte 10 employés, peut confectionner 150 souliers en une journée. Un rythme humain, que nous souhaitons conserver et valoriser. »

Pour Min, il est primordial que ses chaussures de fabrication artisanale restent accessibles au plus grand nombre de femmes et qu’elles soient à un prix justifié. En choisissant d’être en contact direct avec des maisons familiales d’artisans, en circuit court et en limitant les marges, la créatrice est en mesure de proposer des chaussures de qualité, confectionnées à la main, à un prix équivalent à ceux de certaines marques en fabrication industrielle.

autres portraits de créateur