Maisonpoussin-maroquinerie-facetoface
Flora Agbomson

| MAROQUINERIE |

Maison Poussin

« Flora est une amoureuse de design et cela transparait dans la forme des sacs de sa première collection. Trois modèles, trois formats remarquables déclinés en sublimes couleurs. Originaire d’Afrique par son père, Flora met en avant des formes qui raisonnent en elle en souvenir de ses origines familiales : la vague ou les formes géométriques évoquent les motifs de tissus ethniques. » Marianna, fondatrice de Face to Face

Maison Poussin, maroquinerie française aux lignes singulières hautes en couleur

La créatrice de Maison Poussin, Flora est bien sortie du nid ! Finissant ses études d’ingénieure, elle a pris son envol en créant sa propre marque de maroquinerie. Énergisée par le challenge, elle imagine des sacs en cuir dont les lignes et les couleurs dynamisent nos tenues.

“”Poussin”, vient de ma couleur favorite, le jaune poussin. C’est très gai, c’est le soleil et synonyme de bonheur pour moi. “Maison”, c’est pour mon intention de développer un art de vivre. J’aime l’association de ces deux mots, l’un est léger et l’autre plus sérieux. Je voulais retranscrire cette fraîcheur avec laquelle je crée.”

Know what you buy : Cuir italien certifié REACH | Fabrication française dans le Maine-et-Loire | Confection à la main | Doublure 100% coton

Maisonpoussin-maroquinerie-facetoface
Maisonpoussin-maroquinerie-facetoface
Maisonpoussin-maroquinerie-facetoface
Une créatrice-ingénieure adepte de la technicité

“Pourquoi pas moi ?”, cette question a sonné le départ d’une nouvelle aventure pour la jeune ingénieure, créatrice en herbe. “J’ai rencontré une personne qui a créé sa marque de chapeaux, je me suis dit que moi aussi j’avais le droit de créer ma marque, que j’ai la force de le faire.”

Déjà portée sur la mode mais surtout sur les lignes et les couleurs, Flora décide de se lancer. “Ça s’est fait tout naturellement…” Flora imagine petit à petit son identité de marque et ses designs en parallèle de ses études. Ce sont deux ans de réflexion et de travail qui ont été nécessaires pour arriver au lancement commercial le 30 novembre 2019 !

Ingénieure dans l’âme et adepte de la technicité, la jeune créatrice se lance dans la maroquinerie en cuir. “Ce qui me plaît dans la maroquinerie c’est le challenge technique ! Le travail de la matière pour donner une forme par exemple, le cuir peut parfois être très rigide c’est compliqué de lui donner une forme ronde.”

Maisonpoussin-maroquinerie-facetoface
Maison Poussin, la maroquinerie de caractère inspirée de  l’art

Créés comme des oeuvres d’art, les sacs Maison Poussin viennent rehausser une tenue en monochrome. “ Le sac est un objet indispensable dans une tenue. Je les vois comme des oeuvres d’art, de par mes inspirations qui sont dans l’art, l’architecture mais aussi la nature et les formes qu’on peut y trouver.” Par exemple, le sac Nano ne vous fait-il pas penser aux dunes de sable dans les déserts ?  Et le modèle Sarakawa, s’inspirerait-il pas du tissu wax africain ? “ Je m’inspire aussi beaucoup de mes voyages et des autres cultures. J’y observe l’utilisation des formes, des couleurs, des matières…”

Associée au romantisme et poétisme des formes, la rigidité du sac vient donner du caractère. “Mes sacs doivent être portables tous les jours, c’est l’essentiel dans mes créations. Et il ne faut pas que ce soit quelque chose que l’on voit partout !”

Maisonpoussin-maroquinerie-facetoface
Le choix des belles matières locales et d’une fabrication 100% française

Ancrée dans sa modernité et les problèmes de notre société, il n’était pas concevable pour l’ingénieure de faire l’impasse sur la dimension éthique. “C’était important d’avoir un impact social avec mon activité, je ne voulais pas être une énième marque qui fait faire dans un pays où l’on ne se soucie pas des normes sociales et environnementales. Je voulais que ça ait un sens.”

Ses cuirs, elle les choisit certifiés REACH (Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemicals*) et européens s’ils ne sont pas français. “ J’ai décidé de prendre du coton pour les doublures, dans une entreprise normande. C’est un toucher très agréable, plus que du synthétique. J’essaye au maximum d’être locale et d’utiliser des matières les plus belles possibles.” 

* Enregistrement, évaluation, autorisation et restriction des substances chimiques

Maisonpoussin-maroquinerie-facetoface

Disponible dans le Story Shop

autres portraits de créateur