Gisela | Equinox Ecuador | Mode & Accessoires | Face to Face
Gisela

| ACCESSOIRES | 

Equinox Ecuador

Gisela, fondatrice de Equinox Ecuador, une marque éthique et solidaire d’articles faits main en provenance de l’Équateur

Équatorienne installée en France depuis dix-neuf ans, Gisela a créé Equinox Ecuador, une marque, un “fashion trip” qui fait la part belle aux produits typiques de l’Équateur et aux artisanes et artisans qui les fabriquent. Gisela a su créer un concept à la limite du projet solidaire et social.

“Je n’ai pas prévu de sélection spécifique pour Equinox Ecuador, le projet s’est monté petit à petit au gré des rencontres que j’ai faites. Au tout début, je voulais proposer du café et du cacao que des amis produisent dans une réserve écologique. Les ressources équatoriennes allant bien au delà du café et du cacao, j’ai préféré créer des produits qui reflètent la richesse naturelle et le savoir-faire de l’Équateur : panamas, bijoux, hamacs et autres objets du marché.”

Gisela | Equinox Ecuador | Mode & Accessoires | Face to Face
Gisela | Equinox Ecuador | Mode & Accessoires | Face to Face
Gisela | Equinox Ecuador | Mode & Accessoires | Face to Face
Gisela | Equinox Ecuador | Mode & Accessoires | Face to Face
De l’Équateur à la Norvège, une femme sans frontières

Née d’un père chilien et d’une mère équatorienne, Gisela n’avait voyagé qu’en Amérique Latine jusqu’à ses 16 ans en 1998. Elle obtient une bourse scolaire pour aller en Norvège au Red Cross Nordic United World College, uun lycée vraiment particulier où soixante-dix nationalités se côtoient sur un cursus de deux ans. Un énorme contraste mais une expérience très riche pour Gisela qui n’avait jamais vu de neige. Forte de cette première expérience hors de ses frontières, Gisela poursuit ses études en France en économie et management à la Sorbonne, tout en faisant également deux ans de français. Elle obtient son diplôme puis continue sa vie d’adulte ici, à Paris. 

Si la créatrice s’installe en France et devient consultante en achat, elle n’en oublie pas pour autant son pays d’origine. “J’ai toujours voulu travailler dans le commerce équitable. J’avais d’ailleurs fait ma thèse de mémoire sur ce sujet :  “Est ce que le commerce local peut être considéré comme du commerce équitable ?” Je voulais travailler avec des communautés, il y en a énormément en Équateur. Elles n’arrivent pas à subvenir à leurs besoins, le marché interne est très saturé de tout ce qui est bijoux ethniques par exemple.”

Convaincue que pour mener à bien ce projet il fallait qu’elle crée sa propre entreprise, Gisela saute le pas il y a deux ans. L’idée était là depuis dix ans, c’était le bon moment pour se lancer.  Le projet Equinox Ecuador prend forme petit à petit, au fil des voyages, des visites de marché et des rencontres « humaines ».

Gisela | Equinox Ecuador | Mode & Accessoires | Face to Face
Colliers, panama, hamac et autres produits du marché pour un impact sur le tissu social équatorien

Les flamboyants colliers et autres bijoux en graines sont faits mains par des femmes de la communauté La Calera de Cotacachi. “Je ne pense pas que ce soit anodin d’avoir choisi de travailler principalement avec des femmes. Les femmes indigènes ont beaucoup de mal à vivre de leurs revenus, elles sont très dépendantes de leur mari. C’est encore une société patriarcale, elles sont cantonnées à la maison et sont encore trop souvent confrontées à la violence.” Ainsi, Gisela scelle un partenariat avec ces femmes afin de leur permettre d’acquérir une certaine indépendance, un environnement social, et de nouvelles qualifications.

Une envie qui n’est pas loin de tenir du projet social et solidaire : Le projet d’Equinox Ecuador s’inscrit aussi dans l’inclusion des femmes Inca. Dès l’instant où elles contribuent aux revenus du foyer, elles sont reconnues. Les femmes apportent la majorité de leur salaire au foyer, pour l’éducation de leurs enfants entre autres et elles ont ainsi plus d’impact social”. 

Gisela | Equinox Ecuador | Mode & Accessoires | Face to Face
Le savoir-faire équatorien artisanal en accord avec les ressources naturelles des différentes régions du pays est le coeur du projet de Gisela.

Le « fait main » est un héritage propre à la culture inca, notamment le tissage du chapeau Panama. Cet art, inscrit au patrimoine mondial par l’UNESCO, est un art Équatorien ancestral. Souvent ignoré, la chapeau Panama est bien 100% équatorien. Il utilise d’ailleurs une paille qui ne pousse que dans ce pays. 

La créatrice travaille avec des ARTisans, des personnes qui perpétuent un art en co-création avec l’environnement, des personnes qui créent de jolies choses de leurs mains et en symbiose avec la nature sans que ce soit mauvais pour la planète et notre santé. Elle aime faire découvrir et raconter qui est derrière chaque pièce « C’est important que les gens sachent qui l’a fait ou comment il a été fait. Je suis dans une démarche de transparence. »

Disponible dans le Story Shop

autres portraits de créateur