SWIMWEAR

Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Julia Lansom

Epi Studio

Julia Lansom, créatrice d’Épi Studio, des maillots de bain aux formes simples, aux couleurs consciencieusement choisies et confectionnés en France en polyamide recyclé ou matière upcyclée.

Julie Lansom a créé Épi Studio il y a trois ans, avec son amie Mathilde Hamart. C’est désormais seule que la créatrice aux multiples casquettes – designer, photographe – continue à construire la marque de maillots de bain et accessoires éthiques à prix abordables.

Des formes simples, des couleurs choisies consciencieusement, dont ressortent finesse et élégance… Les maillots de bain Épi Studio sont pensés pour tous les corps de femme. En polyamide recyclé ou matière upcyclée, ils sont fabriqués en France dans un petit atelier de confection marseillais.

Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Photographies, recherche des matières et couleurs, Julie Lansom fait tout y compris les dessins

« Avec Mathilde nous sommes parties d’un constat très simple : c’est difficile de trouver un maillot de bain fabriqué en France, éthique et joli, sans qu’il ne coûte 300 euros. Nous avons donc souhaité en proposer. » C’est le début de l’histoire d’Épi Studio.

Julie Lansom  était déjà designer depuis six ans : « J’ai été pigiste quelque temps à la sortie des études. J’ai toujours bricolé, depuis toute petite, et j’ai commencé à faire des lampes pour moi et ensuite pour des amis. Ma reconversion professionnelle a commencé comme ça. Le projet des lampes a pris et j’ai laissé tomber le journalisme. »

« Je dessine les maillots de bain, je me fais accompagner de modélistes. Je n’ai toujours pas de formation technique, j’apprends sur le tas. J’arrive avec mes petits croquis et on regarde ensemble ! »

Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Dans démarche éthique, Épi Studio fonctionne avec de petites quantités et des collections capsules 

« Nous faisons maximum 50 pièces par modèle et par couleur, parfois 30, nous voulions proposer des modèles un peu précieux. Je fais mes lampes sur demande aussi. Nous ne sommes pas là pour produire à grosse échelle ou pour proposer des maillots que toutes les femmes auront sur elles à la plage. »

Une quantité également limitée par la démarche éthique dans l’achat des tissus. « Toutes nos matières ont un aspect écolo, ce qui n’est pas évident pour les maillots de bain. Nous avons donc certaines de nos matières qui sont en polyamide recyclé, et d’autres qui relèvent de l’upcycling : nous achetons des fins de stocks à nos fournisseurs. »

Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Hair pin fleur Epi studio
Pour Julie, il était impensable de créer l’image d’Epi Studio avec des corps tous semblables et reflétant les diktats sur l’esthétique féminine, sans pour autant revendiquer une dimension féministe

 « Je ne voyais pas l’image de ma marque sans ces filles que j’adore, qui me sont proches, m’inspirent et sont toutes très différentes. Nous n’avons jamais photographié une seule mannequin professionnelle, toutes les filles que l’on voit dans le lookbook sont mes copines. C’est totalement logique de montrer des femmes faites et belles différemment.»

Pour continuer à flatter toutes les silhouettes au quotidien, Julie a le projet de proposer des sous-vêtements en coton biologique.

Epi Studio Julia Lansom Swimwear
Formes et couleurs, les collections sont créées de manière minutieuses, presque obsessionnelles

« J’ai arrêté le journalisme pour le design d’objet depuis six ans. Pour créer Épi Studio, nous sommes parties d’un constat très personnel sur le manque d’offres de maillots de bain made in France et éthiques, nous en avons parlé à nos copines qui avaient le même sentiment. Pour chaque collection, j’ai toujours les formes en tête avant de trouver les matières chez nos fournisseurs. Je suis extrêmement difficile sur les couleurs, j’ai une palette obsessionnelle : je ne veux pas faire un bleu ou un rouge ou un rose qui ne me plaisent pas. »